Nouvelles chrétiennes: UN PELERIN UNEC EST ARRIVE A BON PORT (RU 33/2015)

RU 33/2015 DEPECHE HEBDOMADAIRE DE NOUVELLES CHRETIENNES

« RU », le service de presse du réseau UNEC, BP 70114, F 95210 St-Gratien

Tél/fax/rép. 0134120268, unec@wanadoo.fr , http://www.radio-silence.tv (rubrique RU)

UN PELERIN UNEC EST ARRIVE A BON PORT (ru, 29 août 2015).

Pour un de nos pèlerins, l’ami Christian Lajoinie, le pèlerinage sur terre s’est terminé le 26 août 2015, après un cancer de plusieurs années. Entouré de sa famille nombreuse, notamment son épouse, sa mère, ses 4 frères et sœurs et 17 petits enfants, muni des sacrements de l’Eglise, il est parti vers Dieu. Le Requiem à l’église Saint Nicolas du Chardonnet à Paris où il a géré pendant des décennies la procure au fond de l’église, a été célébré par son fils Bruno Lajoinie FSSPX. Nos photos le montrent lors de notre pèlerinage « en Norvège Catholique » de 2006, puis lors du Requiem du 29 août 2015 à Paris.

Christian fut un pilier de notre association UNEC (Union des Nations de l’Europe Chrétienne), étant toujours présent avec son soutien actif, ses encouragements et ses prières. Voici ce qu’il nous avait écrit encore quelques mois avant sa mort, le 5 décembre 2014 : « Je rechute dans ma maladie, tous les résultats me ramènent 18 mois en arrière. Sans doute, la Très Sainte Vierge de Lourdes m’invite à la prière et la pénitence encore plus fort pour ma sanctification et le combat pour lequel je me suis battu toute ma vie. J’offre mes épreuves pour toutes les entreprises de l’UNEC – pèlerinages, COSTA, AMEN, SOS MAMANS, RU, RADIO-SILENCE, BNM… – et qu’elles perdurent ! Que nos descendants soient courageux pour batailler et que Dieu leur montre SA victoire ! »

Ancien banquier, Christian nous a expliqué sans peur, lors de la crise financière en Irlande, ce qui se passait réellement derrière les coulisses, et aujourd’hui l’actualité en Grèce nous prouve la pertinence de ses analyses. Dans une de ses conférences à l’UNEC, en août 2011, il déclara : « Nous sommes bien face à une gigantesque escroquerie conduite par un petit groupe de gens connaissant bien les mécanismes financiers mais obsédés par l’appât du gain à court terme touchant leurs commissions et intérêts sans souci du bien commun. Tout ceci se passe en toute impunité en raison de l’influence exercée par ces derniers sur les gouvernements, les organes de contrôle internationaux, les autres banques. Pour l’instant on résout le problème en rajoutant du crédit sur des pays déjà surendettés. Crédit risqué, donc à des taux plus élevés, c’est à dire plus rentables. Les économistes des banques, universités ou de la presse ne disent pas la vérité, tout en énumérant beaucoup de choses exactes mais qui sont des détails futiles et n’expliquent rien, pour ne pas perdre leur emploi. Voilà pourquoi, en Irlande aussi, les populations sont dans la brume et sont distraites des vrais problèmes. Les vrais responsables courent toujours car ce sont ceux qui exercent le pouvoir réel ou leurs valais. » Et encore Christian nous expliqua: «Les vrais manipulateurs de marionnettes se cachent toujours. La plus grande ruse de Satan est de faire croire qu’il n’existe pas. Courage, chers amis, nous avons choisi le camp du gagnant, le Créateur et Maitre de toutes choses, dont la grâce prend toujours des voies qui forcent l’admiration des fidèles et confondent les méchants. En attendant, « ne t’irrite pas contre ceux qui font le mal » ! (Ps 36). – Merci, Christian ! A bientôt !

– R.I.P. (Requiescat in Pace) –

Publié dans Uncategorized

8/18/2015 1:24:35 AM

http://vatsalyacare.com/wfrfh/phmxxloldwraaorwbkmrifat.zqymqpxwehobafu

sa_carvajal@yahoo.com

Publié dans Uncategorized

Nouvelles chrétiennes: PROBLEME DES REFUGIES (RU 31+32/2015)

RU 31+32/2015 DEPECHE HEBDOMADAIRE DE NOUVELLES CHRETIENNES

« RU », le service de presse du réseau UNEC, BP 70114, F 95210 St-Gratien

Tél/fax/rép. 0134120268, unec@wanadoo.fr , http://www.radio-silence.tv (rubrique RU)

PROBLEME DES REFUGIES (ru, 25 août 2015) – Ce qui devait arriver, est en train d’arriver : des dizaines de milliers se mettent en route (et en mer) pour envahir l’Europe. Non pas avec des chevaux comme les Huns, ni avec des chameaux comme les Musulmans d’antan, mais en short et anorak. Ils se mettent en route de l’Orient, de l’Asie, de l’Afrique du sud et du nord, tous vers le « paradis » Europe, plus précisément l’Union Européenne. 7000 sont aujourd’hui même en marche à travers la Serbie vers la frontière hongroise, celle de l’Union Européenne. Les premiers mille sont passés hier sans entrave en Hongrie, le long d’un rail de chemins de fer pas encore totalement sécurisé par le fameux mur de 4 m de haut que les Hongrois sont en train de construire pour empêcher les intrusions illégales. S’ils passent, des millions suivront.

Un homme avait annoncé depuis longtemps cette catastrophe, Monsieur Jean-Marie Le Pen. Aujourd’hui nos gouvernants semblent totalement désemparés. Angela Merkel a téléphoné hier à François Hollande pour savoir quoi faire, et celui-ci ne savait que répondre : « Il faut absolument convenir d’une stratégie européenne. » Ce qui signifie : il est perdu, il ne sait pas quoi préconiser. Comme Merkel elle-même. En fait les comportements des différents Etats de l’U.E. sont totalement opposés en la matière : la Pologne, les Baltes et la Slovaques refusent tout accueil, mais les Allemands veulent en accueillir 800.000 « réfugiés » en 2015…

En vérité ils ont perdu la tête. Si une armée arrivait, avec chars et canons, pour assaillir et occuper nos pays, ah voilà que l’élan patriotique jaillirait pour se jeter courageusement contre l’ennemi. Mais quand les mêmes arrivent en piétons, avec un sac à dos comme seul équipement, voilà que personne ne sait plus quoi penser et quoi faire. Le pire c’est que l’Eglise, magistra populorum, rate totalement sa vocation dans cette situation. Au lieu de ramener tout le monde à la raison, elle s’enfonce dans un des deux extrêmes possibles : l’accueil illimité des envahisseurs, il faut bien dire ce mot. Au lieu de conseiller aux uns et aux autres ce qui va de soi, à savoir aux réfugiés de rester à la maison, et aux Européens de se protéger de l’invasion, comme elle l’a toujours fait, surtout quand les envahisseurs sont en majorité des Musulmans, l’Eglise s’éclipse, pire, elle nous suggère d’ouvrir largement les bras et les portes pour « accueillir les pauvres réfugiés ». Notre pape François est allé aussi loin que de suggérer qu’on installe une ligne régulière gratuite de bateaux pour sécuriser l’arrivée des « pauvres réfugiés » à travers la Méditerrannée. A quand les TGV gratuits pour eux ?

Certes, leur sort est gravissime, surtout quand il s’agit des Chrétiens d’Orient : persécutions, pendaisons, décapitations… Mais j’ose poser une question : est-ce que les Allemands ont fui l’Allemagne pendant la guerre, pourtant bombardés, brûlés au phosphore (Dresde), sous la menace d’être envoyés à Dachau ou à Auschwitz (comme l’oncle Alex Gruenewald du rédacteur de cette dépêche RU) ? Non, ils ont persévéré, et ont reconstruit l’Allemagne après la guerre avec une énergie héroïque qui a ému le monde entier. Ils n’ont pas lâchement quitté leur pays en ruine, ils n’ont pas lâchement laissé leurs vieux parents derrière eux, ils n’ont pas lâchement déserté leurs églises, ils y sont restés. Ainsi beaucoup d’Allemands sont morts, mais les survivants ont tout reconstruit.

L’Eglise devrait, par miséricorde, dispenser ces quelques conseils de vérité aux peuples concernés, aussi bien à ceux de l’étranger que ceux de l’Europe. Mais non, l’Eglise prêche la non-résistance, aveuglée par un faux concept de miséricorde. Pourtant celle-ci n’est pas sentimentalisme, mais force et courage, comme chaque page de l’Evangile.

Est-il miséricordieux d’encourager le déracinement de millions de jeunes gens ? De les faire abandonner père et mère, maison, terre, peuple, culture et patrie ? Non, c’est du sentimentalisme, arme secrète du mondialisme, mensonge de l’Autre.

La vraie Miséricorde, celle de l’Evangile, c’est de dire aux gens la vérité, toute la vérité, même si elle est dure à annoncer et encore plus dure à écouter. Chez SOS Mamans nous rencontrons beaucoup de misère, de faiblesse et de péchés. Le plus souvent les bébés que nous sauvons de l’avortement sont des enfants du péché (de toute sorte). A la suite de Jésus nous essayons de dire à ces femmes et jeunes filles, après les avoir secourues : « Allez et ne péchez plus ! » Et à nos petites mamans musulmanes en particulier et avec insistance: « Convertissez vous à Jésus-Christ, seul Sauveur du monde ! » Et nous savons que c’est précisément là que notre action est une œuvre de miséricorde, car elle est vraie et juste, sans faux sentiments.

Que le Saint Père et les évêques fassent de même face aux peuples qui pèchent actuellement en masse, aussi bien ceux qui émigrent sans retenue que ceux qui accueillent chichement, les uns par concupiscence, les autres par égoïsme!

Il y a pourtant dans l’Eglise des bergers qui comprennent et qui suivent leur conscience : tous les patriarches de l’Orient appellent leurs fidèles à rester sur place, n’importe les circonstances, mais personne ne veut les écouter. Il y a peu de temps encore il y avait les consulats des ambassades où il fallait demander un Visa pouvoir se rendre dans tel ou tel pays. Aujourd’hui tout cela semble balayé. Vienne qui vient ! On marche sur la tête.

En Europe il y a des signes encourageants que le bon sens n’est pas encore éteint, poussant les gens à des actions parfois désespérées et disproportionnées. Ici et là on aperçoit un début de résistance, souvent mal guidé car sans le soutien ni le conseil de l’Eglise. A Heidenau, près de Dresde, des centaines de jeunes gens (« extrémistes de droite ») se sont placés, des barres de fer en mains, devant un dortoir qui devait accueillir autant de « réfugiés » arrivant fraîchement de la Méditerrannée. Ils ont envoyé 31 policiers à l’hôpital. Dans les îles grecques des bâtiments de la marine ont foncé sur des bateaux gonflables remplis de réfugiés, les faisant couler. A la frontière macédonienne des policiers, voyant arriver vers la frontière une masse de 3000 réfugiés, ont fait exploser des projectiles assourdissantes pour les empêcher d’entrer en Macédoine. En observant cela, combien se disent secrètement, en Europe et dans le monde : mais ils ont raison ! Il faut arrêter cette masse déferlante qui peut déclencher un tremblement de terre décomposant tout.

Au nom de la Miséricorde de Dieu et du bon sens des hommes, arrêtons ce suicide mutuel!

– O.A.M.D.G. –

Publié dans Uncategorized

Nouvelles chrétiennes: LAUDATO SI ? (RU 30/2015)

RU «30/2015 DEPECHE HEBDOMADAIRE DE NOUVELLES CHRETIENNES

« RU », le service de presse du réseau UNEC, BP 70114, F 95210 St-Gratien

Tél/fax/rép. 0134120268, unec@wanadoo.fr , http://www.radio-silence.tv (rubrique RU)

LAUDATO SI ? (ru, 22 août 2015) – La récente encyclique « Laudato Si » de notre pape François peut consterner. Déjà le titre, est-ce le moment de claironner louange et jubilation quand tout va mal sur le globe, même dans l’Eglise ? Quand des millions et millions d’êtres humains vont tout droit vers l’enfer, se trouvant en état de péché mortel ? Quand une nouvelle guerre mondiale semble être prête à éclater ? (A ce propos, compte tenu de l’énormité de l’explosion à Tianjin en Chine on commence à soupçonner l’impact d’une mini-bombe atomique NUKE des Américains s’attaquant au nouveau rival mondial économique chinois, peu après que la Banque de Chine vient de se hisser à la première place des banques du monde). Bref, devant cette perplexité, il peut être opportun de vérifier si cette Encyclique est vraiment catholique. C’est simple, en cherchant la fréquence de quelques mots archi-catholiques. Voici le résultat :

– CIEL : 11 fois (mais en citant la Bible ou les Saints)

– PURGATOIRE : zéro fois

– ENFER : 1 fois, mais dans l’expression «l’enfer sur terre »

– DEMON : zéro fois (mais 4 fois dans le mot DEMONstration…)

– CONVERSION : 12 fois, mais toujours dans le sens d’une conversion écologique

– CONDAMNATION : zéro fois

– PECHE : 3 fois (dont une fois dans une citation du patriarche Athénagoras).

Si donc dans une Encyclique du Suprême Pontife de l’Eglise Catholique les mots essentiels de notre foi – ceux le plus utilisés par N.S. Jésus-Christ et ses apôtres – n’apparaissent pas ou seulement de façon extrêmement clairsemés, on peut se poser la question si une telle Encyclique est vraiment catholique.

Venons à l’écologie. Le pape souhaite que l’Eglise se hisse au premier rang des écologistes mondiaux, d’en prendre quasiment la conduite. Dans ce contexte il ose poser quelques timides interrogations aux écologistes du monde, notamment en commençant le paragraphe 120 ainsi : « Puisque tout est lié, la défense de la nature n’est pas compatible non plus avec la justification de l’avortement. » Excellent. Mais n’était-ce pas le moment de dire TOUTE la vérité, à savoir que ce sont les Catholiques qui aiment vraiment la vie sur terre, TOUTE la vie sur terre ? La vie humaine, TOUTE la vie humaine, à partir de la première seconde de son existence dans l’utérus ? La vie surnaturelle, TOUTE la vie surnaturelle ? La Vie divine, TOUTE la Vie divine, jusque dans son éclat trinitaire ? Ne fallait-il pas continuer de dire TOUTE la vérité en statuant que, de tout cela, les écolos du monde ne veulent connaître qu’un minimum, disons 1% ou moins, compte tenu de la parole de Jésus à Sainte Thérèse d’Avila : « une âme vaut plus que l’univers » ? Valait-il la peine d’encenser ces écolos aveugles, ces « écolos 1% », en plus par une Encyclique solennelle, quand d’autres sujets brûlants attendent, quand les églises se vident toujours plus, quand le feu de Satan consume la foi de millions de Catholiques ? Fallait-il parler d’écologie quand 97% des Catholiques (par ex. en France) ne vont plus aux sacrements, notamment la Sainte Messe ? Fallait-il enterrer le joyau de la foi sous les déchets du monde ?

– O.A.M.D.G. –

Publié dans Uncategorized

Nouvelles chrétiennes: Rapport d’un pèlerinage unique de l’UNEC (RU 22 à 29/2015)

RU 22à29//2015 DEPECHE HEBDOMADAIRE DE NOUVELLES CHRETIENNES

« RU », le service de presse du réseau UNEC, BP 70114, F 95210 St-Gratien

Tél/fax/rép. 0134120268, unec@wanadoo.fr , http://www.radio-silence.tv (rubrique RU)

Rapport d’un pèlerinage unique de l’UNEC

« aux Reliques du Précieux Sang du Christ »,

du 12 au 19 mai 2015

Après 20 ans d’études des Reliques du Christ, opérées dans son groupe COSTA, l’UNEC a organisé du 12 au 19 mai 2015 un grand pèlerinage à travers 5 pays pour vénérer les principales Reliques du Précieux Sang du Christ, y compris surtout le Linceul de Turin. Ce pèlerinage, en autocar Bourmaud, comprenait 24 pèlerins de plusieurs nations (France, Allemagne, Suède). Deux aumôniers (Tradition, FSSPX) ont accompagné ce groupe pour les messes, prières et méditations pendant le pèlerinage : l’abbé Philippe Peignot/France, et l’abbé Sten Sandmark/Suède. Ce voyage priant était le point culminant de 24 ans de pèlerinages UNEC : en Pologne, Géorgie, Ukraine, en « Sainte Russie », Suède, Norvège, Irlande, Rhénanie, Belgique, Turquie… Que peut-il y avoir de plus saisissant que de s’agenouiller, en ces temps sombres, devant les Reliques du Christ en priant : « Seigneur, par Votre Précieux Sang, délivrez nous ! »

1ère étape : LA SAINTE TUNIQUE D’ARGENTEUIL/FRANCE

Le jour même du départ de Paris, nous avions l’immense privilège, dans la Basilique Saint-Denis à Argenteuil qui contient depuis les temps de Charlemagne la Tunique inconsutile que Notre Seigneur à portée pendant sa Passion et qui est – suivant les dernières études scientifiques – trempée de son Précieux Sang, de pouvoir prier un Chemin de Croix et réciter devant la Relique les anciennes prières de pèlerinage, voire d’assister à une sainte messe en rite tridentin célébrée par un prêtre de l’IBP sur l’autel « privilégié » surmonté du reliquaire doré de la Sainte Tunique. Ces messes à cet endroit sont très rares depuis le Concile Vatican II, il y en avait peut-être seulement trois, toutes célébrées par ce même prêtre de l’IBP, l’abbé Billot. Dieu soit béni pour cette première grâce particulière d’un pèlerinage en tout point extraordinaire !

Pour plusieurs pèlerins, membres de notre groupe COSTA, c’était le point d’orgue tant désiré depuis 20 ans de recherches, d’écrits, de conférences et de pèlerinages consacrés à cette plus grande Relique de la France : la Sainte Messe de toujours enfin sur l’autel de la Sainte Tunique de toujours !

2ème étape : L’AMPOULE DU SAINT SANG A BRUGES/Belgique

Le lendemain était consacré à la découverte de la Relique du Saint Sang de Bruges, apportée en 1146 par le compte de Flandres Thierry d’Alsace (qui fut 4 fois en Terre Sainte). Elle est vénérée toutes les après-midis dans la Sainte Chapelle du Saint Sang, au centre de la ville. Chaque pèlerin peut s’avancer et passer directement devant l’Ampoule présentée par un prêtre ou une personne laïque, en la vénérant et même embrassant. Aucune étude scientifique n’a été faite jusqu’à présent sur cette Relique, mais la ville organise chaque année, le Jeudi de l’Ascension, un immense défilé en costumes anciens par le centre-ville, sous l’assistance de quelques 80.000 pèlerins, représentant des scènes de l’Ancien et du Nouveau Testament, notamment de la Passion du Christ, et mettant en exergue la Relique du Saint Sang qui y est portée solennellement en présence de l’évêque du lieu. Lors de la bénédiction finale sur la place devant la Sainte Chapelle les foules de pèlerins se mettent à genoux – et les policiers au garde-à-vous – pour recevoir les grâces de cette Relique.

Nous avions assisté l’an dernier à ce grandiose évènement qui a lieu chaque année le jeudi de l’Ascension, lors de notre « Pèlerinage en Belgique catholique 2014», mais cette année nous devions nous contenter de la vénération en privé de cette sainte Relique du Précieux Sang du Christ venue aux Flandres il y a presque 9 siècles et représentant aujourd’hui le plus grand trésor de la chrétienté en Belgique. Précieux Sang du Christ, délivrez nous !

3ème étape : LA RELIQUE DES SANDALES DU CHRIST à PRÜM/RFA

D’abord, en arrivant tard le soir à Prüm, nous avons pu assister à une conférence du journaliste catholique allemand Michael Hesemann sur le Suaire d’Oviédo en Espagne, également trempée du Saint Sang du Christ pendant son agonie et sa mise au tombeau. Il était difficile pour l’organisation de ce pèlerinage d’y intégrer aussi une visite à cette importante Relique d’Oviedo, mais grâce à M. Hesemann nous avons pu y pérégriner au moins en esprit. Selon les nombreuses études faites par des professeurs et chercheurs des universités d’Espagne, il s’agit du suaire qui a enveloppé la tête du Christ entre la descente de la croix et la mise au tombeau, et dont St Jean dit qu’il la vu « plié séparément » du linceul dans le tombeau vide.

Le lendemain, fête de l’Ascension, nous avons pu d’abord faire une belle procession – rappelant la procession des rogations avant l’Ascension – en montant avec nos bannières sur la colline « Le Calvaire » de Prüm. En haut de la colline nous avons pu prier sous un magnifique soleil un chemin de croix, en suivant les très belles stations en pierre qui y furent récemment installées. Ensuite la chapelle sur le mont du Calvaire nous a accueillis pour une sainte messe de la fête de l’Ascension, selon l’ancien rite. Puis commença, par une procession jusqu’à la Basilique à travers la ville, notre visite à la Relique des Sandales du Christ conservée à Prüm depuis Pépin le Bref, fils de Charles Martel et père de Charlemagne. Celui-ci avait reçu cette Relique vers l’an 760 des mains du pape Zacharie, en gage de la nouvelle alliance entre Rome et les Francs, en remplacement de l’alliance Rome-Byzance qui ne fonctionnait plus. C’est ainsi que les rois et empereurs francs considéraient l’abbaye bénédictine de Prüm où ce saint objet fut déposé comme le centre de ce que nous appelons l’Europe Chrétienne, ultime fondement de l’Union Européenne d’aujourd’hui qui, pour son malheur, ne veut plus rien savoir de sa pierre d’angle N.S. Jésus-Christ. La guide de la Basilique, Mme Monika Rolef, habillée en reine Bertrada, l’épouse de Pépin le Bref, nous a aimablement expliqué la Relique et son histoire, ainsi que l’histoire de l’abbaye bénédictine avec sa vaste Basilique de pèlerinage. A genoux devant le reliquaire spécialement ouvert pour notre pèlerinage nous avons pu prier pour nos familles, l’Eglise et l’Europe Chrétienne, notamment par la récitation de la litanie du Précieux Sang.

Notre ami le professeur Gérard Lucotte a pu étudier cette relique depuis 5 ans, en particulier en analysant des échantillons sous un microscope à balayage électronique, et y a pu identifier des couleurs et dorures de différentes périodes y compris antiques, des pollens et pierres de Palestine, mais aussi à l’intérieur des « Sandales » des globules rouges et blancs de sang humain qui sont encore en études. Notre objectif, en accompagnant et soutenant ces études, est de pouvoir démontrer que les grandes Reliques du Christ convergent tous sous trois aspects : leur provenance du même endroit, du même siècle et du même Homme. Ceci mettra un terme aux contestations haineuses des ennemis du Christ, disant – depuis Ernest Renan – que le Christ n’a jamais existé, et mettra l’humanité entière devant la véritable question posée par les Reliques : il ne s’agit plus de savoir si elles sont authentiques, c’est-à-dire si Jésus a vraiment vécu, mais si cet homme qui a vécu et marché sur cette terre (sandales), est vraiment Dieu ? Ainsi nos recherches et nos chercheurs nous amèneront vers la véritable question religieuse.

Un grand Merci au curés de la Basilique, le Père recteur Christian Müller et ses prédécesseurs, de nous avoir ouvert si grandement les portes de Prüm, et surtout celles de ce précieux reliquaire ! Grâce au professeur Lucotte, nous continuerons nos recherches sur cette éminente Relique ; si les résultats sont concluants, nous pourrons présenter à la chrétienté, pour la première fois, une analyse complète du Très Précieux Sang de Notre Seigneur, ressemblant parfaitement aux autres 17 Reliques du Sang du Christ conservées et vénérées dans toute l’Europe. Il y aura ainsi une telle convergence de preuves qu’il sera plus difficile de ne pas croire en l’authenticité de ces Reliques que de ne pas y croire, ouvrant ainsi la porte, si Dieu le veut, à une époque d’un grand renouvellement religieux.

4ème étape : LA RELIQUE DU SAINT SANG DE WEINGARTEN/RFA

Après avoir parcouru diagonalement l’Allemagne (600 km en autocar), nous arrivâmes enfin en Souabe catholique, près du lac de Constance. La Tradition raconte que le soldat romain Longinus aurait récolté sous la croix plusieurs gouttes de sang de Notre Seigneur, mélangé à la terre de Golgotha. C’est cette Relique qui est parvenue d’abord – avec lui – en Cappadoce, puis à Constantinople, et finalement en 553 à Mantua en Italie où elle est encore vénérée à ce jour. En 1053 deux particules en furent séparées dont une a été offerte à l’empereur allemand Henri III qui la céda au compte Baudouin V de Flandres. De là elle est parvenue, au moins en partie, en 1067 à Weingarten. Il s’agit donc, à Bruges et Weingarten, probablement des parcelles de la même Relique du Sang du Christ de Longinus.

Le jour de notre pèlerinage, le vendredi après l’Ascension, il pleuvait abondamment, ce qui n’a pas empêché 3000 cavaliers de défiler en grande tenue devant la belle cathédrale baroque de la ville comme chaque année, chevauchant devant et derrière la Sainte Relique portée à cheval par le recteur de la Basilique, puisque les moines de l’abbaye, fermée depuis 2011, qui avaient le privilège de porter la Relique en procession pendant des siècles, sont désormais absents. Dans la merveilleuse et vaste Basilique une messe pontificale fut célébrée, devant une église comblée, avec au premier rang le Premier Ministre du Land Baden-Wurttemberg et d’autres personnalités, dont le cardinal Koch spécialement venu du Vatican. La missa solemnis de Wolfgang Amadeus Mozart, avec chœur et orchestre, encadrait majestueusement cette sainte cérémonie (malheureusement en rite moderne mal adapté à ce grand jour regorgeant de Tradition ; pourtant Benoît XVI avait expressément autorisé la célébration de la messe dans le rite tridentin notamment pour ces grandes occasions). Après ce grandiose évènement nous avons pu prier en groupe directement devant la Relique encastrée dans un bel autel en marbre rose, pour y déposer avec ferveur toutes nos intentions personnelles, familiales et autres. Jamais en France on a entendu parler de Weingarten et de sa Relique, jamais on y a entendu parler des 3000 cavaliers qui défilent en son honneur une fois par an – et nous y étions ! Voilà l’Europe Chrétienne qu’il faut redécouvrir et faire revivre, par maintes petites et grandes initiatives comme ce pèlerinage de l’UNEC.

5ème étape : LE SAINT LINCEUL DE TURIN

Après une traversée inoubliable des Alpes, au coucher du soleil, nous étions le lendemain, dimanche 15 juillet, les premiers pèlerins pour vénérer le Linceul de Turin. C’est la 3ème fois que nous y sommes, après les ostensions de 2000 et 2010. Le flot des pèlerins exige qu’on ne reste que quelques minutes immédiatement devant cette plus grande Relique de la Chrétienté. Chaque fois c’est le choc. Comment assimiler dans un seul instant que c’est là le Linceul du Christ, trempé de son Saint Sang, et reflétant si mystérieusement son Corps torturé et ses plaies profondes, voire sa Résurrection par le fait que sa miraculeuse image sur le Linceul, suivant les dernières recherches des professeurs Giulio Fanti en Italie et Oswald Scheuermann en RFA, ne s’explique que par une explosion nucléaire incroyablement bien régulée pendant quelques nano-secondes. Le message de cette Relique est clair : Notre Seigneur fut crucifié, Il est mort, et Il est ressuscité !

Notre association est intimement liée à cette Relique par le fait que notre cercle d’études COELI avait sollicité le Saint Père, Jean-Paul II d’abord puis Benoît XVI, par 10.000 cartes postales, envoyées sur notre initiative entre 2007 et 2010 au Vatican de toute l’Europe, demandant aux papes successifs de bien vouloir déclarer solennellement l’authenticité de cette Relique. Tout récemment encore l’écrivain Arnaud Upinsky a renouvelé vigoureusement cette demande au Saint Père, déclarant que devant l’immense quantité de preuves apportées par la quasi-totalité des scientifiques l’Eglise ne devrait plus esquiver en parlant timidement d’icône, de symbole etc, mais devrait courageusement annoncer au monde qu’il s’agit du Linceul de N.S. Jésus-Christ, mort et ressuscité pour nous. La réaction de Benoît XVI n’était malheureusement pas celle espérée, même s’il ait déclaré une nouvelle ostension pour 2010 ; celle du pape François, lors de sa visite du 21 juin 2015 à Turin, fut encore moins encourageante : lors d’une allocation aux foules des pèlerins, après une prière assise ( !) devant la Relique, il a préféré parler d’écologie, d’immigration et du service des pauvres, au lieu d’annoncer le Christ à cette occasion exceptionnelle.

Heureusement nous avons trouvé au centre de Turin une belle église à nous accueillir pour notre messe de dimanche, ce qui n’était pas facile, puisque la conférence des évêques d’Italie a interdit toute messe Saint Pie V célébrée par un prêtre de la FSSPX. Mais la Miséricorde et l’Amour dans l’Eglise sont, grâce à Dieu, plus fortes que la pusillanimité – sinon pire – de ses évêques.

Le soir nous étions déjà à Chambéry, là où le Linceul avait séjourné pendant 125 ans (de 1453 à 1578). Dans la Sainte Chapelle du château nous avons pu nous approcher très près d’une copie conforme du Linceul et regarder les multiples plaies du Christ, et surtout sa Sainte Face représentée sur le tissu. Quelle empreinte ! Aucun autre visage humain peut refléter une telle … divinité. Seigneur, par Votre Sainte Face et Vos Saintes Plaies délivrez nous !

6ème étape : RELIQUE DU SANG DU CHRIST à NEUVY SAINT-SEPULCHRE (près de Châteauroux)

Notre dernière station fut une découverte : voilà, à Neuvy, une église du style octogonal si cher à Charlemagne, car reflet de l’Eglise du Tombeau du Christ à Jérusalem et de Ravenna en Italie. Il n’y a que 2 églises octogonales en France : Neuvy et Ottmarsheim/Alsace (XIe siècle). Un merveilleux guide, Monsieur Gérard Guillaume, nous explique l’histoire de cette église abbatiale de Neuvy, construite en 1050. Plus tard, en 1257, le cardinal Eudes de Châteauroux, légat pendant 6 ans en Terre Sainte aux temps des croisades de Saint Louis, a apporté la Relique du Saint Sang à Neuvy, et elle n’a plus jamais quitté ce lieu, présentée aujourd’hui dans une précieuse ampoule et vénérée depuis des siècles jusqu’à ce jour par des pèlerinages et processions, en particulier chaque lundi de Pâques. Là aussi nous avons pu célébrer la sainte messe dans l’église, dans ce lieu si vénérable et si proche de l’Europe Chrétienne, voire carolingienne. Les prêtres du lieu – des Africains ! – nous ont accueillis chaleureusement en nous disant : « La Tradition ? Mais nous AIMONS la Tradition ! » Cette messe, en ce lieu, fut un moment inoubliable, pendant que notre chant grégorien remplissait les voûtes octogonales en produisant un écho inouï, presque polyphonique.

Nous avons terminé ici notre beau pèlerinage, en nous agenouillant devant la Relique contenant l’Ampoule du Saint Sang du Christ vénérée en ce lieu depuis 8 siècles, et après une dernière récitation de la belle litanie du Précieux Sang : « Seigneur, par Votre Saint Sang délivrez nous ! ».

Après un excellent repas d’adieu dans le restaurant Le Duché au centre du village, nous sommes rentrés à Paris, comblés de la grâce d’avoir pu parcourir 2800 km de notre belle Europe Chrétienne, le long des Reliques de Jésus-Christ.

COSTA (UNEC), BP 70114, 95210 SAINT-GRATIEN

TEL/FAX/REP 0134120268, unec@wanadoo.fr

http://www.radio-silence.tv

PS: Vous pouvez vous procurer auprès de COSTA (UNEC) une clef USB avec les meilleurs 188 photos de ce pèlerinage UNEC de mai 2015, pour 6 Euro seulement, port compris.

Publié dans Uncategorized

Nouvelles chrétiennes: QUI ASSASSINA KENNEDY ? (RU 20+21/2015)

RU 20+21/2015 DEPECHE HEBDOMADAIRE DE NOUVELLES CHRETIENNES

« RU », le service de presse du réseau UNEC, BP 70114, F 95210 St-Gratien

Tél/fax/rép. 0134120268, unec@wanadoo.fr , http://www.radio-silence.tv (rubrique RU)

QUI ASSASSINA KENNEDY ? (ru, 11 juillet 2015). – Ce n’est que maintenant que les archives s’ouvrent petit à petit. On vient de découvrir une vidéo montrant un discours du très catholique président J.F. Kennedy (du 27 avril 1961) devant la presse américaine. C’était une véritable déclaration de guerre contre … la Franc-maçonnerie, sans la nommer explicitement. Ceci a logiquement entraîné son assassinat du 22 novembre 1964 à Dallas, il y a exactement 51 ans. Jugez en vous-même, en lisant quelques paroles de ce discours passionnel (que vous pouvez suivre en anglais sur https://www.youtube.com/watch?v=H9o06mxzxEQ).

« Mesdames, Messieurs, le mot ‘secret’ est détestable dans une société libre et ouverte. Et nous sommes en tant que peuple par nature et historiquement opposés aux sociétés secrètes, aux serments secrets et aux procédures secrètes. Nous avons décidé il y a longtemps que les dangers de la dissimulation excessive et injustifiée de faits permanents l’emportaient amplement sur les dangers qui sont cités pour la justifier. Même aujourd’hui il y a peu d’intérêt à s’opposer à la menace d’une société fermée en imitant ses restrictions arbitraires. Même aujourd’hui il y a peu d’intérêt à assurer la survie de notre nation si nos traditions ne survivent pas avec elle, et il existe un très grave danger vis-à-vis d’un objectif pour augmenter la sécurité qui va être annoncé par ceux qui veulent l’atteindre à la limite de la censure officielle et de la dissimulation. Ca je ne le permettrai pas dans la mesure où c’est sous mon contrôle, et qu’aucun fonctionnaire de mon administration, que son rang soit élevé ou non, civil ou militaire, interprète mes paroles de ce soir comme étant une excuse pour censurer les médias, pour étouffer cette dissidence, pour couvrir nos erreurs ou de dissimuler à la presse et au grand public les faits qu’ils méritent de connaître, (à savoir que) nous sommes confrontés autour du monde à une conspiration massive et impitoyable qui s’appuie sur des moyens de couverture (cachés, déguisés) afin d’élargir sa sphère d’influence basée sur l’infiltration plutôt que l’invasion, sur des subversions plutôt que des élections, sur l’intimidation plutôt que le libre arbitre, sur la guérilla la nuit plutôt que l’armée le jour. Il s’agit d’un système qui a nécessité de vastes ressources humaines et matérielles dans la construction d’une machine étroitement soudée d’une efficacité remarquable qui regroupe des opérations militaires, diplomatiques, de renseignements, économiques, scientifiques et politiques. Ses objectifs sont cachés et non dévoilés publiquement… »

Depuis, les FM se sont librement développés autour du globe en resserrant leur maillage de façon inimaginable. Le pire, c’est que le public ne proteste plus, il s’en accommode. Aucun président ne lève plus sa voix depuis Kennedy pour accuser ce système, « véritable complot » comme il l’a précisé lui-même. Prenons un exemple. Un de ces organismes secrets, le groupe BILDERBERG, se réunit régulièrement en excluant totalement la presse. Cette année, du 11 au 14 juin, leur réunion mondiale a eu lieu à l’hôtel Interalpen au Tyrol/Autriche, à 1300 m de hauteur, à 4 km de l’Allemagne. 2100 policiers – dont la célèbre section Cobra directement placée sous l’autorité du Ministère de l’Intérieur autrichien – étaient mobilisés pour garantir la tranquillité et l’isolement des participants. Dans un rayon de 8 km autour de l’hôtel il y avait un brouillage complet des communications, mesure pourtant parfaitement illégale en Autriche. Le survol des alentours de l’hôtel était interdit dans un cercle de 40 km.

Les participants viennent de tous les domaines de l’activité humaine, dont un tiers du secteur politique. Deux tiers des participants viennent de l’Europe, le reste des Etats Unis. Voici quelques noms piqués entre les 140 participants en 2015, venus de 22 pays : José Barroso (président de la Commission Européenne), Heinz Fischer (président d’Autriche), Alain Juppé, Henry Kissinger, Ursula von der Leyen (ministre de la Défense en RFA), la reine Béatrix (Pays Bas), Catherine Pégard (présidente de l’établissement public du château de Versailles), David Petraeus (commandant de l’armée américaine en Afghanistan), John Sawers (chef des Services Secrets en Angleterre), Jens Stoltenberg (secrétaire général de l’OTAN), Peter Sutherland (chef de la Commission Trilatérale et président de British Petroleum), Robert B. Zoellick (président de la Banque Mondiale), etc. Il faut savoir qu’il est interdit de prendre des notes pendant les réunions du Bilderberg, que les téléphones portables sont interdits, qu’il n’y a pas de votes ni de résolutions ou de rapports, et surtout aucune interview. On dit même que les stylos sont interdits dans l’hôtel. Pourtant il y a des décisions claires et tranchantes. L’ancien secrétaire général de l’OTAN Willy Claes, membre du Bilderberg, a laissé entendre en 2010 que « les participants doivent mettre en œuvre les décisions politiques ( !) formulées lors de ces réunions. » Ils décident des guerres et des monnaies, des gouvernements et des présidents, de la pluie et du beau temps. Etienne Davignon, le président de Bilderberg, a déclaré en 2009 que « L’Euro est l’enfant de Bilderberg ». Rien que cela !

Et nous supportons cela ! En même temps nous claironnons que nous tenons à nos « valeurs », surtout la « démocratie »… On croit rêver. Comme disait Kennedy, nous assistons à un complot mondial, à un totalitarisme universel secret jamais vu jusqu’à présent.

Pire encore, ils projettent maintenant de réduire massivement le nombre des humains sur terre. Citons simplement les quelques lignes à ce sujet publiées par notre agence RU en 2009: « BILDERBERG (ru 38/2009): Le groupe mondialiste Bilderberg réunit régulièrement quelques-uns des plus riches du monde… Les milliardaires de ce monde sont actuellement au nombre de 793 qui se partagent 1700 milliards d’Euro. La dernière fois que le gotha de ce beau monde – le groupe Bilderberg – s’est retrouvé, c’était le 24 mai 2009 à Athènes, une réunion secrète convoquée par Bill Gates « pour venir au secours des maux actuels du monde ». Il est vrai que ce groupe a fait des donations de 70 milliards d’Euro depuis 1996 et pèse ainsi sur les développements dans le monde. A Athènes chacun avait la parole pour 15 minutes pour parler de son projet favori. Au dîner ils ont cherché un « projet parapluie » qui servirait aux intérêts de tous. Bill Gates obtint le consensus général : il faut s’occuper du problème de la surpopulation, cause universelle des maux de la planète. Déjà en février il avait déclaré en Californie : « Les prévisions disent que la population mondiale montera jusqu’à 9,3 milliards (actuellement 6,6 milliards), mais avec des initiatives charitables (sic), tels que meilleurs ‘soins pour la santé’, nous pensons que nous (sic) pourrons limiter ce maximum à 8,3 milliards. » Ils ont convenu de se servir de réseaux indépendants des gouvernements, « car ceux-ci sont incapables de faire face au désastre que nous voyons tous venir ». On sait que dans le langage mondialiste l’expression ‘soins de santé’ inclut surtout l’avortement. Il y a trop de monde ? Il faut tuer ceux qui arrivent de trop. Les gouvernements, aux yeux des milliardaires, tuent déjà quelques-uns (avortement, euthanasie), mais ce n’est pas assez. Il faut tailler dans la masse… Ces Messieurs ne discutent pas ces projets avec de la haine pour l’humanité, au contraire, ces tueurs se croient les apôtres de la bienfaisance. Dans l’ancienne Russie, à table on laissait toujours une place « au Bon Dieu », pour le pauvre qui frapperait à la porte. Aujourd’hui les mondialistes – athées – veulent plutôt tuer les nouveaux arrivants. ».

C’était notre dépêche RU de l’été 2009. Nous en sommes toujours là !

– O.A.M.D.G. –

Publié dans Uncategorized

JUBILONS !

RU 19/2015 DEPECHE HEBDOMADAIRE DE NOUVELLES CHRETIENNES

« RU », le service de presse du réseau UNEC, BP 70114, F 95210 St-Gratien

Tél/fax/rép. 0134120268, unec@wanadoo.fr , http://www.radio-silence.tv (rubrique RU)

JUBILONS ! (ru, 5 juillet 2015). – Nous sommes dimanche soir à 22 heures. Le verdict commence à tomber : il s’avère que le peuple grec a rejeté massivement aujourd’hui, avec 60% de « non » à l’occasion du référendum, la dernière offre des créanciers mondialistes qui voulaient écraser encore plus la Grèce par l’austérité et le surendettement qu’ils avaient réussi à imposer auparavant aux Irlandais, Chypriotes, Italiens et Espagnols. JUBILONS !

Jubilation pourquoi ? Parce qu’un petit peuple comme la Grèce, tel que David, a osé frapper la tête de l’UNION EUROPENNE, autrement dit la tête de Goliath. Qui est l’Union Européenne ? Malheureusement ce n’est plus l’Europe Chrétienne rêvée par Adenauer, Schumann et quelques autres Européens bienpensants en 1958. L’Europe d’aujourd’hui est devenue une hydre d’une centaine de banques qui se sont appropriées le terrain européen depuis la mort de ses pionniers chrétiens. Ce sont des capitalistes purs et durs. Leur seul but : gagner un maximum par les intérêts des prêts accordés, au risque d’écraser des peuples entiers. Rappelons-nous, quelle fut la dernière proposition des Merkel, Hollande, Lagarde et autres capitalistes à la Grèce ? Ils proposaient à ce pays, totalement immergé dans les dettes, au point de n’en pouvoir même plus assurer le paiement des intérêts, ENCORE PLUS DE PRETS. Ils ne savent pas penser autre chose que de donner toujours plus d’argent, pour pouvoir toucher toujours plus d’intérêts. JUBILONS !

On comprend leur angoisse actuelle. Dès demain (lundi 6 juillet) les « chefs de Trésor » de l’Union Européenne se rencontreront « pour évaluer la situation ». Bien sûr, ils tremblent pour la fissure qui a été faite, par le vote d’un petit peuple courageux, dans la monnaie de science fiction EURO. Bien sûr, ils sont épouvantés de la perspective d’un premier pays qui quitterait, avec les fanfares, cette Union Européenne dégénérée jusqu’à la moelle. Et ce n’est pas n’importe quel pays qui ose, c’est justement celui qui a inventé la démocratie 2400 ans avant que nos capitalistes mettent la main dessus. Et quelle est exactement leur angoisse face à l’écroulement de l’Euro et à terme de l’Union Européenne: de ne plus toucher les intérêts de leurs prêts, et pire encore, de ne jamais être remboursés des centaines de milliards d’Euro prêtés, causant une récession – surtout bancaire – jamais imaginée. JUBILONS !

Bien sûr, il fallait crever l’abcès, il fallait en finir avec la mainmise de ces capitalistes sur l’Europe. Merci à la Grèce, n’importe la couleur politique de leur actuel gouvernement, pour avoir osé. Nous, l’UNION DES NATIONS DE L’EUROPE CHRETIENNE (UNEC), organisme minuscule mais qui a la grâce d’exister, adresserons dès ce soir un télégramme de congratulations au peuple grec et à ses dirigeants actuels: « Merci pour la pierre de David contre Goliath ! Que Dieu vous garde ! » JUBILONS !

– O.A.M.D.G. –

Publié dans Uncategorized